I L

F A U T

C H A N G E R .

Et si la croissance ... ?

Une grande partie des responsables de ce monde nous parlent, parfois même honnêtement d’un beau développement durable bien installé sur une croissance infinie. Oui, mais où est la durabilité dans cette vision des choses?

Bonne question! Est-ce ce système magnifique basé sur une consommation à outrance, sur l’abrutissement et le martelage publicitaire, sur l’abêtissement collectif, la consommation illimitée de ressources finie? Sur le rejet dans notre écosystème d’une quantité effarante de déchets? J’y vois plutôt ici le moyen de satisfaire et de maintenir en survie un système économique non équitable basé sur un équilibre instable avec notre milieux, pouvant se renverser à tout moment. Ne serait-il pas temps de regarder autrement que dans le prisme d’un égoïsme visant à satisfaire notre avidité présente pour redéfinir un système social et économique basé sur des piliers plus sains? N’est-il pas possible de consommer en harmonie avec notre milieu, en utilisant ce que la terre peut nous donner et en lui rendant ce qu’elle peut assimiler? Une autre manière d’envisager l’existence et ses besoins permettrait une consommation plus réduite, la réutilisation des matières, le retour à des plaisirs plus simples et équitables…

Six milliards d’individus il y a 7 ans, 6.5 milliards aujourd’hui, 9 milliards en 2050, 36 milliards en 2300, on continue? Avec le même rythme de consommations et les mêmes cicatrices imputées à notre ce support de vie qu’est la terre? 36 milliards de personnes dans moins de 300 ans ! Il n’y a pas besoin d’être devin pour deviner qu’il y a quelque chose qui ne marche pas. Ou alors il faut compter sur les guerres, les épidémies et la misère pour la grande majorité de la population, et ainsi espérer maintenir notre niveau de vie? Les petites guerres passées et actuelles n’ont qu’à bien se tenir, il va falloir redoubler d’efficacité technique pour que ce soit réalisable. Heureusement nos gouvernements travaillent sans cesse avec les grandes industries pour créer des armes toujours plus efficaces, des médicaments de moins en moins accessibles à ceux qui en ont le plus besoin et des politiques économiques laissant une grande partie de la planète à un niveau de simple survie. Je ne suis guère enchanté par ces perspectives mais je ne distingue pas d’autres réponses à la survie du système actuel...

Pourquoi ne pas regarder la vérité en face et essayer de s’orienter vers un système plus crédible et équitable; adapté aux principes les plus simples de capacité de charge de la planète et non vers un système non acceptable basé sur l’unique postulat que l’argent et les nouvelles technologies sont les réponses à toutes les problématiques. Je ne suis pas du tout anti-progrès, au contraire! Mais se réfugier égoïstement derrière ces filets bien dérisoires par rapports aux problèmes que nous connaissons et ceux que nous ne connaissons pas encore semble bien utopique surtout à long terme. Alors développement durable, oui! Mais comment? Ces deux mots ne sont-ils pas antinomiques?

Si on trouvait autant de solutions que de critiques, les choses seraient bien plus simples... Ce n'est pas une raison pour se décourager, il faut au moins avoir à l'esprit quelques notions, avoir un minimum d'esprit critique sur nos actions et faire preuve d'un minimum de respect au sens large pour déjà régler une partie des problèmes.

N'hésitez pas à réagir...

Plusieurs études sur l'empreinte écologique mettent bien en évidence ces problèmes de capacité de charge de la planète.

Pour plus de renseignements, le site du WWF regroupe pas mal d'informations :